by on 17 July 2020
Sous les grands magasins, il n’est pas rare de trouver un, voire deux sous-sols. Ces niveaux souterrains sont appelés Depachika. Contraction de Depatô (grands magasins) et de Chika (sous-sols), ce sont de véritables temples consacrés exclusivement à la nourriture ! Ces deux, parfois trois étages inférieurs, offrent un large éventail de la gastronomie Japonaise mais également internationale. ...
5 views 0 likes
by on 17 July 2020
L’Ekiden est une épreuve de course à pied d’origine japonaise qui se pratique sur route. Elle se compose d’une succession de relais réalisés par des équipes composées de six coureurs. La distance à parcourir est généralement celle d’un marathon soit environ 42 km. La somme du trajet effectué par chaque relayeur doit donc être lui être égale. Les sportifs devront donc parcourir à tour de rôle 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5 km puis environ 7 km pour le sixième coureur. Le passage du témoin est ...
5 views 0 likes
by on 17 July 2020
Les japonais connaissent tous bien le Rajio Taisô (Radio Gymnastique). Cette gymnastique matinale est un ensemble d’exercices simples effectués en musique et adaptés à tout âge. Cette habitude est apparue à la fin des années 1920 et se pratique aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Et même si la discipline a tendance à s’amenuiser, elle reste très populaire chez la population vieillissante du japon qui y voit une façon de garder la forme ! Le Rajio Taisô trouve son origine aux Etats-U...
8 views 0 likes
by on 17 July 2020
Le Système éducatif japonais est très strict. Et de plus en plus de voix s’élèvent aujourd’hui pour dénoncer ce précepte de règles ancestrales imposées dans le milieu scolaire et ce parfois depuis la maternelle, les Kosoku ou « règles de la vie scolaire ». Dans un lycée japonais du centre du Japon, éternuer plus de trois fois équivaut à une sanction tout comme avoir les cheveux bouclés ou teints, une jupe d’uniforme non jugée à la bonne longueur pour les filles ou encore de porter une couleur...
4 views 0 likes
by on 17 July 2020
Au Japon, un travailleur sur cinq succombe à un Karoshi. Le Karoshi ou « mort due au surmenage » entraine le décès subit de cadres ou d’employés de bureau par arrêt cardiaque, AVC ou suicide. Et ces causes sont en grande majorité dues à la surcharge de travail, au surmenage et au stress. Le phénomène est tellement récurant qu’il a été reconnu comme maladie professionnelle au Japon depuis les années soixante-dix. ...
6 views 0 likes
by on 17 July 2020
Passer une nuit dans un Shukubo est une expérience incontournable à vivre au cours d’un voyage au Japon. Le Shukubo ou « temple-auberge » permet aux voyageurs de dormir chez les moines et de s’immerger dans l’atmosphère mystérieuse et mystique de la vie monacale. Cela permet également de découvrir le quotidien de ces moins japonais vivants dans ces temples bouddhistes. Le Shukubo faisant partie intégrante du monastère, il convient en ce lieu sacré d’adopter certaines règles de bienséance c...
5 views 0 likes
by on 17 July 2020
Cette semaine, partons en voyage ! Visitons les temples et demandons nos Goshuin. Et pour collectionner ces sceaux officiels des temples et des sanctuaires, équipons nous d’un Goshuinchô. Ce petit carnet en accordéon composé de plusieurs pages regroupe l’ensemble des Goshuin récoltés au cours des visites dans les lieux de cultes japonais. Bien plus qu’un simple souvenir de voyage, le sceau Goshuin est un élément important de la culture du Japon et est très apprécié auprès de la population. E...
8 views 0 likes
by on 17 July 2020
On ne peut pas penser au Japon sans avoir en tête ces immenses portiques rouges surmontés d’une toiture étroite. Le Torii ou perchoir à oiseaux (ou coqs) est un portail traditionnel japonais. Il est souvent placé à l’entrée des temples shintoïstes où il figure le passage dans l’univers spirituel. Il sert à séparer le monde physique du monde intemporel. D’ailleurs, au Japon, avant de passer sous un Torii il convient de vérifier au préalable si le retour se fera sous le même Torii. Cela afin d...
4 views 0 likes
by on 17 July 2020
Forme de musique traditionnelle japonaise, le Min’yô est une chanson populaire intimement liée à une profession ou un commerce. Mais il peut également être un style de divertissement alliant chant et danse. Le Min’yô accompagnait le travailleur durant des labeurs particulièrement difficiles comme la culture des rizières ou le travail des champs. Ces chants a cappella étaient récités en solo ou parfois en groupes. A l’instar des chants qui étaient entonnés par les esclaves dans le Sud des Eta...
7 views 0 likes
by on 17 July 2020
Au Japon, un objet symbolise la longévité et la santé : le Kadomatsu ou Pin de seuil. Il est généralement déposé en décoration pendant les fêtes de fin d’année. Originaire de Chine, cet arrangement floral digne d’un Ikebana est composé, en fonction des régions, de pin, de châtaignier ou de bambou. ...
3 views 0 likes
by on 17 July 2020
Le terme Madogiwa désigne une personne mise « au placard » par son entreprise et signifie « la personne près de la fenêtre ». Cela correspond aux individus d’un âge proche de la retraite à qui on assigne des tâches sans grand intérêt voire parfois aucune tâche du tout. Dans les entreprises, on place alors ces employés près des fenêtres afin qu’ils ne dérangent pas ceux qui travaillent. L’origine du mot Madogiwa vient du fait qu’au court de la crise économique de l’été 1977, un employé âgé ...
7 views 0 likes
by on 17 July 2020
Le Koseki apparait à la fin du XIXème siècle, après la restauration Meiji. Il recense tous les citoyens japonais. Il est en quelque sorte, la mémoire d’une famille japonaise. Il regroupe les naissances, les mariages, les divorces et les décès et même anciennement les délits (les casiers judiciaires sont de nos jours conservés à part). Chaque foyer est tenu de déclarer chaque événement à son autorité locale faut de quoi, celui-ci ne serait pas reconnu par le gouvernement japonais. Si à l’ép...
5 views 0 likes