Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 16756 OJaponais
dont 1280 correspondants japonais
 et   
377 Blogs
111 Vidéos
 
63 Festivals japonais
247 Actualités


                          


Créatures japonaises - Le Tengu




Au Japon, chaque montagne est placée sous la protection d’un Tengu. Le Tengu se situe entre le Yokaï et le Kami. D’ailleurs certains sont honorés comme des divinités d’un niveau mineur. Il existe différentes catégories de Tengu ; on trouve les Daitengu ou Ôtengu (Grands Tengu), ils ont pour domaine une montagne. Sous leurs ordres, il y a beaucoup de Karasu-Tengu (Tengu corbeaux), des Konoha-Tengu et des Guhin. Les Onna-Tengu (Femme Tengu) sont également classées dans la catégorie des Karasu-Tengu plutôt que dans celle des Daitengu.

Le terme « Tengu » est dérivé du mot chinois « Tiangou » qui signifie « Chien Céleste » qui est un monstre canin très féroce ressemblant à une étoile filante. Lorsqu’il apparait, toujours dans un grand bruit de tonnerre, il est annonciateur de guerre. Mais bien que la graphie du « Tengu » japonais soit similaire à la graphie chinoise, la forme originelle du Tengu japonais se rapproche beaucoup plus de celle d’un rapace.

Cependant, l’origine du Tengu semble controversée. Selon le Kujiki (Chronique des faits antiques), la divinité Amma-no-Zako serait l’ancêtre de tous les Tengu. Son fils, Ama-no-Zako-o-Mikoto qui bien qu’étant un kami maléfique, était aussi un protecteurs des arbres et des montagnes. Il remplissait les devoirs d’un Tengu.

Selon le Konjaku Monogatari (Recueil d’histoires du passé), il est dit que les moines considéraient que les Tengu venus d’Inde avaient pour seul but de les tourmenter afin de faire obstacle à la loi du Bouddha. A cette époque, la description du Tengu le fait ressembler à un faucon. Durant la période de Kamakura, on associe le Tengu au Shugendô (tradition spirituelle millénaire japonaise qui signifie « chemin de la formation et de l’essai ») et son apparence devient celle du Karasu-Tengu vêtu alors comme un yamabushi (ascète montagnard et guerrier).

Selon le Tengu Soshi, les moines virent leurs pouvoirs augmenter tout au long des périodes de Nara à Kamakura. Cet excès de pouvoir eu raison de la modestie dont ils devaient faire preuve de par leur statut de moine et ils furent pris au piège du péché d’orgueil. Pour les rappeler à l’ordre et afin qu’ils expient leur faute, Bouddha les changea en Tengu et ils furent condamner à veiller sur la montagne.
Les Tengu sont caractérisés par une apparence proche de l’humain et de l’oiseau.

Ils ont des ailes et parfois des serres. Leur visage est rubicond et leur bec s’est mué en un nez très long. Ce qui leur vaut le nom de Hanadaka-Tengu (Tengu au long nez). Ils sont habillés comme des Yamabushi, le front coiffé d’un petit chapeau de forme conique, le Tokin, ils sont revêtus d’un Yuigesa (étole traditionnelle parée de pompons et ils portent aux pieds des geta hautes. On les représente parfois avec un sabre (Tachi).

Les Tengu étaient de fervents bouddhiste avant leur transformation aussi sont-ils protégés des enfers. Mais, comme ils ont rejetés l’esprit du Bouddhisme, ils ne peuvent pas mourir avant le jour qui verra l’effondrement de la Loi de Bouddha.

Les Tengu ne sont pas de mauvais Yokaï mais comme ils sont capables de provoquer des catastrophes et des conflits, on les tient responsables en temps de grands troubles. Toutefois, ils peuvent entretenir des relations paisibles avec les humains, dont certains les vénèrent comme des Kami.

Leurs pouvoirs sont grands. Ils peuvent voler aisément et se déplacer en un éclair sur de très longues distances. Ils ont le don de clairvoyance et peuvent même sonder l’esprit humain. Avec cela, ils sont dotés d’une remarquable mémoire. Ce sont également de grands illusionnistes, devenant tour à tour invisibles ou faisant apparaître des hologrammes de leur personne et même des mirages. Ils sont aussi aptes à posséder les corps, notamment des belles femmes afin de détourner les moines de leur mission et de les mener au péché !

Dans un tout autre registre, ils peuvent invoquer des typhons à l’aide d’un éventail à plumes qu’ils possèdent (Ha-Uchiwa), déclencher des chutes d’arbres et de pierres et même faire apparaitre des feux follets. Et pourtant, malgré tous ces dons, les Tengu ne sont pas invincibles. Ils ont deux points faibles : les personnes vertueuses sont insensibles à leurs pouvoirs et ils sont d’une telle naïveté qu’il est possible de les duper notamment pour les Tengu de la période Edo que l’on dit beaucoup plus sympathiques et drôles.

A cette même période, 125 500 Tengu étaient recensé à travers le Japon. Parmi les Tengu célèbres, on peut citer les Hachi-Tengu (Huit tengu) : Tarô-Bô du Mont Atago, Sôjô-Bô du Mont Kuruma, Jirô-Bô du Mont Hira, Saburô du Mont Izuna, Hôki-bô du Mont Ôyama, Sagami-Bô du Mont Shiramine, Zenki-Bô du Mont Ômine et Buzen-Bô du Mont Hiko.

La plupart des noms des Tengu se termine par la syllabe « Bô », ceci ayant pour but de rappeler leur lien avec le shugendô. Même si les Hachi-Tengu sont les plus importants, il existe un nombre considérable de Tengu qui sont tout autant digne d’intérêts… De nos jours, ce terme de « Tengu » est utilisé par les japonais pour désigner une personne à l’orgueil démesuré !

Marino pour Ojapon.com

Commentaires