Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 14275 Membres
dont 996 correspondants japonais
 et   
280 Blogs
100 Vidéos
 
73 Festivals japonais
200 Actualités


                          


Culture japonaise - Le jeu de Go




Bien qu’originaire de Chine, le jeu de Go que l’on connait et que l’on utilise dans sa forme actuelle en occident est principalement d’origine japonaise.

C’est un jeu de plateau et de stratégie opposant deux adversaires qui déplacent à tour de rôle des pierres blanches et noires sur un damier.

Le but du jeu est d’emprisonner la pièce de l’adversaire en construisant des territoires et en faisant le plus grand nombre de prisonniers.

Si les règles sont relativement simplistes, le jeu permet une quantité impressionnante de combinaisons.
En chinois, son nom est Wéiqí mais sa dénomination présente vient du japonais « Igo » soit « Go ».
Le jeu arrive au Japon au VIème siècle, apporté par les moines bouddhistes.

Le pays est alors très fortement influencé par la Chine et le Go est très vite adopté par la bonne société japonaise. Mais il est aussi réservé à l’élite du pays et aux moines car il n’est pas considéré comme un jeu de hasard. Il est pareillement utilisé par les samouraïs pour élaborer des techniques de combats.
Le jeu va prendre beaucoup d’importance auprès des grands seigneurs avides de pouvoir. Ceux-ci affrontent les moines, joueurs réputés et notamment un certain moine du nom de Nikkai. Au vu de sa force, le titre de Meijin (Maître) lui est alors accordé. Aujourd’hui, c’est le grade le plus prestigieux du Go.
Des écoles de Go voient le jour : Hon’inbo puis d’autres comme Hayashi, Inoue et Yasui connues sous le nom des « 4 maison de Go ». Ces écoles s’affrontent en tournois qui réunissent les deux joueurs les plus performants, en présence de l’Empereur et du Shogun. Le niveau de jeu connait alors une élévation fulgurante.

En 1868, le Go perd un peu de sa notoriété. Cependant en 1879, l’organisation Hoensha voit le jour et fédère le jeu. Puis en 1924, la Nihon Ki-in est créée et démocratise le Go qui devient très populaire.
Les premières règles sont publiées.

Le délai imparti pour une partie est limité à 16 heures car il n’était pas rare qu’une partie dure des jours voire des semaines entrecoupée de pauses bien entendu !!!
Au XIXème siècle, grace au mouvement « japonisme », le Go arrive en occident où l’intérêt pour le jeu se développe de façon lente mais constante.

Aujourd’hui, plus de quarante millions de joueurs sont recensés dans le monde avec de nombreux jeunes influencés par le manga Hikaru no Go qui traite avec brio du sujet.

Pour jouer au Go, le matériel nécessaire consiste en un Goban, sorte de damier composé de 19 lignes horizontales et autant de verticales qui ainsi croisées composent 361 intersections, des pierres (ou Go) de formes biconvexes et de couleur blanches et noires ; celles-ci doivent être tenues facilement entre l’indexe et le majeur. Ces pierres sont stockées dans un bol, le Go-ke, qui sert également de réceptacle pour les « prisonniers ».

Le but du jeu est de répartir ses pierres sur le plateau en dessinant son territoire. La partie est achevée lorsqu’il est impossible de « sauver » une pierre. Les joueurs comptent alors les points qui sont définis par les intersections libres de chaque territoire et le nombre de prisonniers.

Avec la technologie moderne, le jeu peut également se pratiquer sur ordinateur. Quelques joueurs de Go célèbres : Lee Chang-ho, Lee Sedol, Gu Li, Masaki Takemiya ou encore Norimoto Yoda.

Marino pour ojapon.com

Commentaires