Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 13925 Membres
dont 972 correspondants japonais
 et   
268 Blogs
100 Vidéos
 
73 Festivals japonais
194 Actualités


                          


Légende japonaise - La Poupée O-kiku




L’histoire de la poupée O-kiku commence en 1918, lorsque le jeune Eikichi Suzuki achète dans la ville de Sapporo, une magnifique poupée pour sa petite sœur Kikuko âgée de 2 ans.

La fillette va alors vouer une affection sans limite à ce merveilleux cadeau qui ne la quittera plus. D’ailleurs, l’histoire dit que la poupée ressemble à la demoiselle avec ses cheveux noirs coupés au bol.

Cependant, quelques mois après avoir reçu ce charmant présent, Kikuko est atteinte d’une terrible fièvre dont elle ne se remettra pas et décède.

La famille décide alors que sa chère poupée accompagnera l’enfant lors de son dernier voyage.
Pourtant, lors des funérailles, la poupée tant aimée est oubliée et ne sera donc pas déposée dans le cercueil de la fillette.

Soucieux de réparer cet oubli, les parents de l’enfant construisent un autel pour commémorer la mémoire de Kikuko et ils décident d’y installer sa poupée près de son urne funéraire.

Le temps passant, la famille va constater que les cheveux de la poupée vont commencer à pousser et ils vont en conclure que l’esprit de leur enfant disparu s’est incarné dans le corps de la poupée. Il n’en faut pas plus pour que débute la légende de la poupée O-kiku.

La poupée sera ensuite confiée à un temple d’Hokkaido lorsque la famille décidera de déménager au court de l’année 1938. Il semblerait qu’aujourd’hui encore les cheveux de la poupée, que l’on dénomme O-kiku en l’honneur de la fillette, continuent de pousser, bien qu’ils soient régulièrement coupés par les prêtres du temple. Ce phénomène inexpliqué reste un grand mystère !

Depuis la nuit des temps, on attribue aux poupées le don de s’imprégner de l’essence de leur propriétaire. La poupée O-kiku est peut être la preuve que l’amour pur et désintéressé qu’un enfant peut porter à son jouet préféré est capable de lui insuffler une sorte d’énergie vitale…

Marino pour ojapon.com

Commentaires