Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 15299 Membres
dont 1212 correspondants japonais
 et   
344 Blogs
108 Vidéos
 
64 Festivals japonais
234 Actualités


                          




Un Yokai sympathique et bénéfique, ça existe ? Mais oui ! Voici Baku, tout droit sorti du folklore japonais même si son origine est plutôt chinoise (Mò pour la version chinoise).

Baku, nommé également Yumekui est un mangeur de rêves, ou pour être exact, un mangeur de cauchemars.

En voilà un Yokai qu’il fait bon avoir chez soi !! Les premières représentations de Baku le dépeignent comme une chimère, mi tigre, mi ours et mi éléphant. Il serait paré de cornes et de griffes et d’une trompe lui permettant d’aspirer les mauvais rêves. Ce Yokai est une sorte de talisman contre les cauchemars mais aussi contre le mal en général. Il aurait également des vertus médicinales !
Il est souvent confondu à tort avec la Nue, autre créature du folklore du Japon. Cependant, contrairement au Baku, le Nue est du genre plutôt malfaisant !

Le Baku devient un motif de décoration très prisé sous l’ère Edo. On le retrouve alors en peinture et en sculpture, aussi bien dans les maisons que dans les temples !

Le terme Baku peut désigner un autre animal au Japon : le tapir ; et les années 1980 le popularisent sous cette forme ! Il apparait alors dans les dessins animés et les mangas de l’époque. On le voit paraitre notamment dans l’animé Beautiful Dreamer de Mamoru Oshii ou encore dans la saga Pokemon (Soporifik est un tapir qui à le pouvoir d’hypnotiser ses adversaires).

Néanmoins, tous les Baku ne sont pas représentés sous les traits d’un tapir. C’est le cas de Paprika, héroïne du dessin animé du même nom de Satoshi Kon, qui est un kami féminin, de type mangeuse de rêve.

D’autres mangas et animés ont pour personnage le Baku. Plus récemment, c’est le jeu vidéo et la série éponyme Yokai Watch qui ont mis cette créature en lumière en créant un monstre inspiré du Baku traditionnel et nommé le plus simplement du monde : Baku.

Les Yokai sont toujours en vogue même si ils perdent leur forme originelle au fil du temps. Ils font cependant partie de l’histoire culturelle du Japon et sont aujourd’hui encore très populaires !

Marino pour ojapon.com

Commentaires