Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 15299 Membres
dont 1212 correspondants japonais
 et   
344 Blogs
108 Vidéos
 
64 Festivals japonais
234 Actualités


                          




L’Hanafuda, que l’on peut traduire par « liasse de fleurs » soit « jeu de fleurs » est un jeu de cartes traditionnel japonais à décor floral.
Il se compose de 12 séries de 4 cartes, chaque série étant assimilée à un mois de l’année et à une fleur.
Très répandu au Japon, le jeu l’est tout autant en Corée où on le nomme « Hwata » et à Hawai où il est connu sous la dénomination « Sakura ».
Ce sont les portugais qui ramenèrent dans leurs bagages le principe des jeux de cartes au Japon au XVIème siècle. Cependant, les jeux des portugais furent jugés trop guerriers par les japonais d’un naturel plus pacifiste. Aussi, ils décidèrent de faire évoluer leurs propres cartes vers un esprit plus en rapport avec la nature.
Et curieusement, le plus célèbre des concepteurs de cartes Hanafuda n’est autre que la non moins célèbre marque… Nintendo ! Hé oui, on est encore bien loin de l’univers des jeux vidéo !!! Créé en 1889, Nintendo fut leader au japon dans la commercialisation et l’exportation de cartes Hanafuda.
Le jeu a proprement parlé se compose de 48 cartes (12x4) réparties en plusieurs valeurs représentées par des animaux, des rubans, des coupes de saké, des iris d’eau et des cartes spéciales. Assez proche du majong ou même du fameux memory, le but est de faire des associations particulières de cartes et d’obtenir le plus grand nombre de points.
L’avantage du jeu Hanafuda et que les cartes peuvent être utilisées pour une grande variété de différents jeux comme le Hachi, le Hiyoko, le Koi Koi, etc.…
Réservé à l’époque aux membres de l’aristocratie afin de les divertir, le jeu va très vite se rependre à la classe populaire. Cependant, avec le jeu va se démocratiser l’habitude du pari !
Le gouvernement dans un souci d’éviter la propagation de telles pratiques fit interdire les jeux en utilisant la loi ! Le jeu devient prohibé, il se fait en cachette et profite à la mafia japonaise, les Yakuza.
Aujourd’hui encore, le jeu reste associé au milieu du banditisme…
En 1886, le gouvernement change de tactique et légalise de nouveau le jeu. Un grand joueur de Hanafuda, Yamauchi Fasajiro, profite de cette vaine et monte sa société de production de cartes : la Nintendo Koppai ! Succès fulgurant pour l’entreprise qui maintenant encore commercialise l’un des jeux le plus populaire du Japon !
Le nouvel an est d’ailleurs l’occasion propice pour tout japonais qu’il soit Yakuza ou citoyen lambda de battre la carte et de s’adonner à ce jeu mythique qu’est le Hanafuda !

Marino pour ojapon.com

Commentaires