Culture japonaise - Les Haniwa
Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 17175 OJaponais
dont 1297 correspondants japonais
 et   
379 Blogs
112 Vidéos
 
63 Festivals japonais
248 Actualités


                          


Culture japonaise - Les Haniwa




Les Haniwa sont des objets mortuaires en argile cuite que l’on retrouve autour et sur les monuments funéraires nommés Kofun.

Le Kofun a d’ailleurs donné son nom à la période de l’âge de fer qui succède l’ère Yayoi (IIIème à VIIème siècle).

De nombreux Haniwa ont été retrouvés ornant les tertres funéraires (monticules de terre au dessus des sépultures). Ces objets en terre cuite sont généralement tubulaires, on parle alors d’Haniwa cylindriques. Ils sont surtout situés autour des tumulus.

D’autres Haniwa parent le sommet des tombes, on les nomme figuratifs.

La plus part des Haniwa ont été retrouvés dans la préfecture de Nara au sud de Honshu et au nord de Kyushu. Les populations qui pratiquent cette culture du Kofun sont surnommés les Wa.

Le Kofun est représenté sous plusieurs formes mais il se caractérise surtout par sa configuration en trou de serrure. Ces tertres sont souvent réservés à l’élite (chefs de village, aristocrates ou militaires de haut rang).

Les Haniwa cylindrique sont donc déposés autour de la sépulture et seraient le symbole des dons de nourriture offerts par la population afin de maintenir l’esprit de leur chef défunt dans le lieu et ainsi préserver la communauté. Ces Haniwa ressemblent beaucoup à des grands vases sur socle.

Les Haniwa figuratifs représentent des animaux, des objets, des armes, des maisons ou des personnages. Ils marquent le statut social de la personne enterrée. Ce sont les individus de la classe aristocratique qui déposent ces Haniwa sur le sommet de la tombe du défunt. Une façon de pointer la suprématie du chef disparu.

Le Kofun est en effet beaucoup plus qu’une simple sépulture. Il est, pour le peuple, un lieu de rituel mais aussi un endroit sacré qui exauce les souhaits et protègent la congrégation.

Une corporation de potiers spécialisés dans la confection de Haniwa apparait alors ! Chaque objet peut ensuite s’exporter à travers tout le pays sur d’autres sites funéraires. Certains Haniwa sont peints, d’autres décorés à l’aide de pigments. Des sculptures de plus de 1mètre ont également été découvertes !

C’est le bouddhisme qui mettra fin à la pratique du Haniwa et du Kofun, notamment en apportant des nouvelles méthodes d’inhumation au Japon.

Marino pour ojapon.com

Commentaires