Langues  
Actuellement, il y a 22333 OJaponais
dont 1461 correspondants japonais
 et   
450 Blogs
116 Vidéos
 
61 Festivals japonais
251 Actualités


                          


Culture japonaise - Karakuri Ningyo




Karakuri (mécanisme) Ningyo (marionnette, personne, forme) était un automate fabriqué au Japon entre le XVIIe et le XIXe siècle. Les déplacements et les mouvements gracieux de l’automate étaient à eux-mêmes un véritable divertissement. Dans la croyance locale, on leur attribuait même une âme… (les Karakuri Ningyo étaient parfois utilisé dans des rituels religieux).

On connait trois sortes de Karakuri :

Celui que l’on utilisait au théâtre, le Butai Karakuri (Karakuri de scène). Ces automates furent d’ailleurs très usités dans le théâtre No car ils étaient capables de susciter de vives émotions aux téléspectateurs, grâce notamment à leurs têtes qui étaient confectionnées avec grand soin et offrant une certaine expressivité sur le visage.

Il y avait aussi le Dashi Karakuri ou Karakuri de festival. Ce type d’automate était utilisé au cours des festivals afin de reconstituer des fresques historiques ou mythologiques.

Les poupées étaient placées sur des chars ambulants et étaient actionnées par des fils sur lesquels il fallait tirer pour enclencher les engrenages leur permettant de bouger.

Le troisième Karakuri était le Zashiki Karakuri ou Karakuri pour les pièces à tatami. Il était généralement de petite taille et réservé à l’usage domestique.

Lorsque l’on pense Karakuri Ningyo, l’image qui nous vient en tête est celle de cette poupée de type Zashiki représentant un mignon petit personnage (Chahakobi-Ningyo) s’avançant délicatement, s’inclinant et servant le thé.

Le mécanisme s’actionnait lorsque l’hôte déposait une tasse de thé sur le plateau entre les deux mains de la poupée. Au retrait de la tasse, la marionnette s’arrêtait. C’est un ingénieux système de ressorts enroulés et de roues crantées, en os de baleine ou en bois, qui permettait à l’automate de se mouvoir, avec l’aide de poulies et de leviers. Quel enchantement alors pour l’invité de voir son thé être servi de la sorte !

Aujourd’hui ces mignonnes poupées automates ont laissé la place à des androïdes beaucoup plus sophistiqués et plus proches de l’homme que jamais (robot humanoïde) !

La robotique est dans la culture japonaise et les Karakuri Ningyo n’étaient au final que le commencement de cet amour du Japon pour les robots.

Marino pour ojapon.com
Sources : internet

Commentaires