Langues   Réseaux  
Actuellement, il y a 18031 OJaponais
dont 1328 correspondants japonais
 et   
386 Blogs
115 Vidéos
 
63 Festivals japonais
249 Actualités


                          




Un mot effrayant qui fait froid dans le dos. Mais que cache ce terme peu connu des occidentaux et pourtant si courant au Japon ?

En matière d’Ijime, ce qui prime, c’est la loi du silence. « Je n’ai rien dis, je n’ai rien vu, je n’ rien entendu ! »
Elèves, professeurs, administrations, parents, tous minimisent l’atrocité des brimades et l’ampleur des dégâts engendrés par ce phénomène.

Dans ce système uniformisé, il est important de préserver l’homogénéité du groupe alors la différence n’a pas sa place ; et tout est prétexte à se faire harceler. Car le mot est lâcher, l’Ijime est tout simplement une forme d’intimidation ou de harcèlement.
De l’école primaire, en passant par le lycée parfois même dans les entreprises, l’Ijime est partout.
Au départ, cela peut sembler anodin. On se pousse, on se chahute, on se moque « gentiment » et puis très vite le jeu s’enflamme jusqu’à atteindre des proportions souvent dramatiques pour les victimes de ces actes (rackets, sévices physiques et psychologiques, ragots dégradants…).
Il faut garder à l’esprit que l’Ijime a pour conséquences l’Hikikomori (enfermement volontaire : la personne reste recluse au sein de sa maison voir pour certaine dans sa chambre), l’attraction vers des mouvements sectaires mais également et c’est ce qui rend l’ijime tellement dangereux, un fort taux de suicides voir d’homicides par vengeance.

Et dans cette société où le sentiment de honte prime sur celui de reconnaissance du statut de victime, il est difficile de demander de l’aide.

En 2011, le Ministère Japonais de l’éducation a enregistré environ 70 000 cas d’Ijime. Ces chiffres sont alarmants, surtout quand on sait que le fait s’exporte par delà les frontières et se retrouvent aujourd’hui dans beaucoup d’autres pays, notamment en Europe.

Il semblerait que la société japonaise commence doucement à prendre au sérieux ces cas d’Ijime et tente, par le biais de campagnes d’informations auprès des établissements scolaires mais aussi en traitant le sujet par la voie de séries télé, de films, d’animés et de mangas, d’ouvrir les yeux de la population sur ces pratiques avilissantes dans le but de les faire cesser définitivement.

Malheureusement, avec la technologie moderne, un harceleur d’un nouveau genre a vu le jour, bien plus audacieux car œuvrant dans l’anonymat : le Cyber harceleur !

Thème Japon n°2 - L'Ijime ou la loi du silence
Merci à Marino pour ce billet de blog

Commentaires


Yuuhi      

  • Posté il y a 2 ans
faut appeler Onizuka

Kunkun      

  • Posté il y a 2 ans
Je leur fait des calins de loin :'(

Onii      

  • Posté il y a 4 ans
C'est triste quand même, et ça ne se passe , hélas, pas que au Japon...

melaly      

  • Posté il y a 4 ans
Cela me rappelle le drama (qui est aussi un manga) Life...
En tout cas, c'est souvent relaté dans les mangas que j'ai lu mais ça n'en reste pas moins horrible et vraiment attristant.