Yankumi6_7
by on 6 April 2021
86 views

Avec 1 exemplaire pour moins de 2 habitants, la bicyclette ou Jitensha est sans conteste le moyen de déplacement préféré des Japonais.

Le terme Jitensha regroupe tous les types de vélos (VTT, vélo de route, vélo de ville, …).

Ces bicyclettes que l’on retrouve aussi sous la dénomination Charinko, sont des vélos de ville munis d’un panier à l’avant et/ou à l’arrière. Leur assise est relativement haute pour permettre un confort et une position bien droite du dos.

Les Jitensha sont très utilisées par les étudiants, les travailleurs, les ménagères mais également les mamans de jeunes enfants.

Avec plus de 85 millions de vélos, le Japon est doté de très nombreux parkings à bicyclettes qui se facturent environ 100 ¥ (un peu moins d’1 €) la journée.

Le Dendô Jitensha ou vélo à assistance électrique (à différencier du Full Dendô, le tout automatique, interdit au Japon) est de plus en plus fréquent sur l’archipel ; il est surtout pratique pour les longues distances.

Au Japon, tous les vélos sont numérotés, enregistrés et fichés lors de l’achat. Ce numéro qui sert ensuite de carte d’identité est ensuite gravé directement sur le vélo (en France, cette pratique est devenue obligatoire en 2021 !). En cas de contrôle, de perte ou de vol, cet identifiant permet alors de retrouver rapidement le propriétaire du cycle.

Tokyo fait partie de ces villes où il fait bon rouler à vélo !

Il y a cependant des règles à respecter lorsque l’on circule à bicyclette, comme pour tout véhicule d’ailleurs !

- Le casque est obligatoire pour les enfants de moins de 13 ans ;

- on évite d’enfourcher son engin après une soirée (ou une journée) bien arrosée ;

- on roule à gauche (sens de circulation au Japon) ;

- les trottoirs sont pour les piétons sauf mentions particulières et dans ce cas, le piéton reste prioritaire ;

- les stop et les feux rouges, c’est aussi pour les deux roues ;

- et bien sûr, on évite d’écouter le dernier tube à la mode à tue-tête, écouteurs visés dans les oreilles !

Dans les agglomérations où la voiture peut vite représenter un gouffre financier, la petite reine est incontestablement une alternative économique, écologique et plus agréable que les transports en commun. S’en priver serait vraiment dommage !

 

Marino pour ojapon.com

Sources : internet

Post in: Japanese stuffs
1 person likes this.