by on 17 July 2020
Forme de musique traditionnelle japonaise, le Min’yô est une chanson populaire intimement liée à une profession ou un commerce. Mais il peut également être un style de divertissement alliant chant et danse. Le Min’yô accompagnait le travailleur durant des labeurs particulièrement difficiles comme la culture des rizières ou le travail des champs. Ces chants a cappella étaient récités en solo ou parfois en groupes. A l’instar des chants qui étaient entonnés par les esclaves dans le Sud des Eta...
255 views 0 likes
by on 17 July 2020
Au Japon, un objet symbolise la longévité et la santé : le Kadomatsu ou Pin de seuil. Il est généralement déposé en décoration pendant les fêtes de fin d’année. Originaire de Chine, cet arrangement floral digne d’un Ikebana est composé, en fonction des régions, de pin, de châtaignier ou de bambou. ...
157 views 1 like
by on 17 July 2020
Le terme Madogiwa désigne une personne mise « au placard » par son entreprise et signifie « la personne près de la fenêtre ». Cela correspond aux individus d’un âge proche de la retraite à qui on assigne des tâches sans grand intérêt voire parfois aucune tâche du tout. Dans les entreprises, on place alors ces employés près des fenêtres afin qu’ils ne dérangent pas ceux qui travaillent. L’origine du mot Madogiwa vient du fait qu’au court de la crise économique de l’été 1977, un employé âgé ...
300 views 0 likes
by on 17 July 2020
Le Koseki apparait à la fin du XIXème siècle, après la restauration Meiji. Il recense tous les citoyens japonais. Il est en quelque sorte, la mémoire d’une famille japonaise. Il regroupe les naissances, les mariages, les divorces et les décès et même anciennement les délits (les casiers judiciaires sont de nos jours conservés à part). Chaque foyer est tenu de déclarer chaque événement à son autorité locale faut de quoi, celui-ci ne serait pas reconnu par le gouvernement japonais. Si à l’ép...
168 views 1 like
by on 17 July 2020
La rentrée est passée, l‘été touche à sa fin. Il est temps de faire une pause et de se prendre un peu de temps pour soi avant l’arrivée de l’automne. Alors que diriez-vous d’un Kobido ! Vieux de plus de cinq cent ans, le Kobido (Ko : voie, Bi : beauté, do : ancestral) est typiquement japonais. Cette méthode de beauté traditionnelle est une forme de massage facial. Il voit le jour à Suruga, près du Mont Fuji et serait le résultat d’une « battle » entre deux maîtres de l’Amma (ancêtre du Shi...
324 views 0 likes
by on 17 July 2020
Le Shou Sugi Ban ou Yakisugi est une technique japonaise datant vraisemblablement du XVIIème siècle. Elle consiste à brûler une planche de bois afin de la protéger des intempéries, de la moisissure, des champignons, des bêtes notamment des insectes xylophages mais également du feu cela afin d’accroitre sa durabilité. Bien sur, ici il ne s’agit pas de brûler entièrement le bois mais de le faire de manière contrôler, tout en provocant une combustion sur plusieurs centimètres. ...
148 views 1 like
by on 1 July 2019
En architecture japonaise, le Karahafu est un pignon de toit d’un aspect bien particulier. On le reconnait aisément à la forme spécifique de sa partie supérieure dont la courbe est ondulée. C’est aux charpentiers japonais, que l’on doit l’élaboration de ce style d’architecture traditionnelle, à la fin de l’ère Heian. Bien que son nom soit une référence à la Chine et notamment à la dynastie Tang, Karahafu signifiant « gable chinois », celui-ci est bien d’origine japonaise. D’ailleurs, on pe...
358 views 1 like
by on 23 June 2019
Au Japon, dans la religion Shinto, il n’est pas rare d’avoir à son domicile ou sur son lieu de travail, un petit sanctuaire. Celui-ci porte le nom de Kamidana (Kami : divinité) ou étagère divine. On peut dire que c’est une sorte de porte d’entrée qui permet aux Kami de pénétrer dans le monde terrestre. Le Kamidana est généralement posé ou accroché sur un mur. Il se compose d’une sorte de petite armoire contenant des objets pour le culte. De part et d’autre du sanctuaire, se trouve un O-fuda (...
403 views 1 like
by on 16 June 2019
Au Japon, comme ailleurs, la mort est un sujet très tabou. Lorsque celle-ci intervient dans une maison ou un appartement et qu’en plus elle est de nature violente (meurtre, suicide, esseulée, …), on nomme ces habitations « Jiku Bukken » ou bâtiments d’incidents ! Les superstitions sont tellement ancrées dans la culture japonaise que l’on craint, en habitant ces lieux, de s’attirer un mauvais karma. L’endroit étant considéré comme devenu impur ! Résultat, ces logements peinent à trouver des...
172 views 1 like
by on 10 June 2019
Kakemono ou Kakejiku se traduit par « Objet accroché » (Kakeru : accrocher ; Mono : objet). Venu tout droit de Chine et importé en même temps que le bouddhisme au VIème siècle, le Kakemono est à l’origine, un support pour conserver les écrits bouddhistes. Au Japon, le terme se banalise par la suite pour désigner un rouleau destiné à être accroché au mur, le plus souvent une peinture ou une calligraphie sur papier ou sur soie. La forme du Kakemono est, somme toute, très banale. Il se déroule à...
334 views 1 like
by on 30 May 2019
Dans les années 1990 au Japon, apparait une nouvelle forme de composition florale : le Kokedama. Cet art floral s’inspire des techniques existantes comme le Bonsaï et l’Ikebana. Il se présente sous la forme de sphères de mousse relativement simples à réaliser et se composent, pour la méthode traditionnelle, d’argile noire (Ketoh) et rouge (Akadama). Le mélange est pétri jusqu’à l’obtention d’une pate flexible qui servira à façonner la sphère. Le choix de ou des plantes est absolument libre ; ...
164 views 1 like
by on 30 May 2019
Peut-on du jour au lendemain disparaitre sans laisse de traces ; tout quitter sans se retourner, abandonner femme, enfants, maison, travail ? Au Japon, ce phénomène se nomme Johatsu littéralement « évaporé ». Cent mille japonais se volatilisent ainsi chaque année sur l’archipel sans qu’il soit alors possible de les retrouver. Ces disparitions ont un dénominateur commun : l’honneur. L’honneur tient une place primordiale dans la société japonaise et lorsque celui-ci est bafoué ou menacé, il est...
286 views 0 likes
by on 19 May 2019
Le Meigen (Tsuru-uchi) est une technique d’exorcisme avec un arc mais sans les flèches. Ce rituel magique était utilisé pour chasser les mauvais esprits. Pour cela, seul le bruit était nécessaire. Il leur faisait peur, les mettant ainsi en fuite ! Purement folklorique à son origine, le Meigen semble dater de l’époque Heian (VIII - Xème siècles). Au commencement, la pratique avait lieu lors des accouchements royaux ou aristocratiques. Plus tard, elle se répandit et eu pour but de mettre en dér...
169 views 1 like
by on 12 May 2019
Le Funa-zushi est un poisson salé fermenté. Pour faire du Funa-zushi, il faut beaucoup de patience. En effet, ce met traditionnel a une fermentation lente qui se fait dans du riz vapeur. Ce Nare-zushi (ou vieux poisson) est concocté à base d’une carpe nommée Nigoro-buna que l’on trouve uniquement dans le lac de Biwa. Son secret de fabrication est conservé dans les environs de Kyoto d’où il est originaire (préfecture de Shiga) et ce depuis la nuit des temps. La préparation du Funa-zushi est tr...
167 views 1 like
by on 1 May 2019
Au Japon, plus de 2000 décès de personnes âgées, seules et isolées sont déclarés chaque année dans la ville de Tokyo. Ce fait bouleversant porte le nom de Kodokushi : la mort solitaire. Pour les cas les plus dramatique, le décès est découvert des mois voire des années plus tard. Il concerne le plus souvent des hommes et des individus âgés de plus de 65 ans. Les japonais âgés vivent de plus en plus isolés et ont parfois peu de contact direct avec leur famille et leurs voisins. Dans une société...
302 views 0 likes
by on 1 May 2019
Inscrit depuis 2003 sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, le Bunraku est ce que l’on peut appeler un trésor culturel. Cet art regroupe à lui seul trois métiers : le narrateur, le joueur de Shamisen et le montreur ou marionnettiste. Le Bunraku est un théâtre japonais dont les personnages sont de grandes marionnettes manœuvrées par au moins trois marionnettistes. Ces poupées grandeur nature sont manipulées à vue, c'est-à-dire que les marionnettistes font évo...
340 views 0 likes
by on 12 April 2019
Les japonais savent très bien comment rendre l’été et sa chaleur supportables. Dans les rues de Nagasaki au sud du l’archipel, fraicheur rime avec … Crème glacée ! Et pas n’importe laquelle : la glace Chirin-Chirin. Son doux nom qui sonne comme un délice est une onomatopée et s’apparente au son que faisait la clochette en laiton qui était accrochée à l’époque aux charrettes des vendeurs de glace. La crème glacée de la ville a donc hérité son appellation de cette délicate mélodie ! La particul...
153 views 1 like
by on 7 April 2019
Le parc d’Inokashira serait un lieu magnifique, cadre idéal pour un rendez-vous amoureux mais c’est sans compter sur une étrange malédiction qui plane en ces lieux ! Le parc d’Inokashira se situe dans la partie ouest de la ville de Tokyo, il possède un étang où il est possible de louer une barque pour une ballade bucolique au fil de l’eau. Le parc abrite également le temple d’une divinité, Benzaiten, déesse de la beauté, des arts, de la sagesse, de la vertu et des sciences. Elle fait partie d...
351 views 0 likes
by on 30 March 2019
Les Uranaishi sont des diseurs de bonne aventure ou voyant. Pour pratiquer leur art, ils se servent de techniques comme la numérologie (lecture de l’avenir dans les chiffres de naissance), le zodiaque chinois, la chirologie (lecture des signes de la main) ou la cartomancie (divination utilisant des cartes). Cette tradition millénaire remonte à l’ère Edo (17ème-19ème siècle) et perdure toujours. Des Uranaishi officient encore de nos jours au Japon. On les trouve déambulant généralement dans le...
142 views 1 like
by on 24 March 2019
Très populaires à la cour impériale et notamment auprès des nobles et des samouraïs de hauts rangs, les Shirabyôshi sont des danseuses traditionnelles du douzième siècle. Appelées à tort « courtisanes », elles ne sont cependant pas des femmes de petites vertus mais bien de véritables artistes. On voit les Shirabyôshi apparaitre à la fin de l’ère Heian, période de changement culturel où l’art se féminise. La fonction connait un réel engouement auprès des femmes et nombreuses sont celles à se t...
318 views 2 likes
by on 17 March 2019
Cette semaine, parlons un peu jardinage ! Les japonais sont très avancés en matière de recyclage et de propreté et notamment en ce qui concerne le tri des déchets. Le Bokashi est une méthode de compostage très astucieuse qui permet de recycler les résidus alimentaires par un procédé de fermentation et ainsi de les transformer en terreau. Le système fait d’une pierre deux coups puisqu’en plus de nourrir les sols, il permet de réduire de façon considérable la quantité de déchets envoyés en déch...
282 views 1 like
by on 9 March 2019
Otsuri vient du mot Tsuriai qui a pour signification « équilibre ». Ici l’équilibre, entre le prix à payer pour quelque chose et la somme rendue à l’acheteur, est la monnaie restituée, l’Otsuri. Tsuriai a dérivé pour devenir Tsurisen puis Otsuri. Otsuri désigne donc la monnaie qu’un commerçant rend sur la somme payée par le client. Cela ne concerne que la monnaie rendue. Alors que « Osturi ha ii yo » signifiera « garder la monnaie, je n’en ai pas besoin », « … yen no otsuri desu » sera l’équi...
135 views 2 likes
by on 9 March 2019
Voici deux termes japonais que l’on pourrait traduire par « Etre » et « Paraître ». Si Honne représente les désirs et les sentiments réels d’une personne, Tatemae correspond plutôt à une sorte de faciès que l’on exprime en public pour cacher ses vraies émotions dans le but de ne pas blesser ou gêner son interlocuteur. Dans la société japonaise, où l’esprit collectif l’emporte sur l’individualisme, le Honne est très souvent dissimulé aux yeux des autres et seuls quelques intimes le connaissent...
136 views 1 like
by on 23 February 2019
Le Fukubukuro ou sac à bonheur est une pochette surprise en papier épais et coloré dont le contenu est caché. Généralement vendues au nouvel an, ces pochettes contiennent des articles de l’année écoulée (invendus, articles peu prisés, …). Le contenu de la pochette coute souvent plus cher que le prix d’achat de celle-ci. On peut trouver à l’intérieur des vêtements, des sacs, des bijoux et parfois même des bons d’achat pour de l’électroménager ou des voitures ! L’achat des Fukubukuro est très r...
124 views 1 like
by on 17 February 2019
Omikuji (réaliser la volonté de Dieu) est une sorte de divination écrite. Elle se présente sous la forme de bandelette de papier. Véritable « Loterie Sacrée », on peut tirer au sort l’Omikuji dans les temples Bouddhistes ou les sanctuaires Shintoïste au Japon. Sous l’ère Edo, il était courant de demander l’avis des divinités pour prendre une décision importante, le Kuji. C’est de là que vient l’origine de l’Omikuji. Aujourd’hui encore, il n’est pas rare dans l’archipel d’avoir recours à l’Omi...
256 views 1 like
by on 7 February 2019
Beaucoup de gens connaissent le film japonais « l’Empire des Sens » de Nagisa Oshima mais combien savent le fait divers troublant qui se cache derrière ce film un tantinet érotique ! Cette réalisation est un pan de l’histoire vraie de Sada Abe, une jeune femme japonaise ivre d’amour, courtisane de son état plutôt que Geisha comme on a pu le penser, qui tua son amant par passion amoureuse. Ce fait divers japonais très célèbre a eu pour cadre une auberge située dans un quartier de Tokyo et s’es...
311 views 1 like
by on 3 February 2019
« Chacun doit assumer ses actes et leurs conséquences, sa responsabilité personnelle ». C’est ce que pense une partie de la société japonaise. On nomme cette façon de penser le Jiko Sekinin. Cela inclus le fait de perturber la société en ayant des actes qui auront des répercussions sur la tranquillité du pays. On peut prendre ici l’exemple des reporters japonais partis en mission dans des pays en guerre contre l’avis de leur pays. Ces mêmes reporters se retrouvent alors pris en otages et le p...
141 views 1 like
by on 27 January 2019
Le mot « goze », dérivé de « mekura gozen » signifie « femme aveugle ». Goze est un terme historique qui était utilisé à l’époque médiévale pour nommer les femmes japonaises aveugles qui travaillaient de façon itinérantes dans la musique et qui jouaient du Shamisen. Au cinéma ou sur les gravures, on les représentait équipées d’un sabre sans garde qui faisait office de bâton de marche. Elles appartenaient à une confrérie et officiaient généralement en compagnie d’apprenties avec lesquelles ell...
206 views 1 like
by on 21 January 2019
L’hospitalité japonaise ou Omotenashi est très difficile à définir. Le service à la japonaise est ce qui se rapproche le plus de l’excellence et il est reconnu dans le monde entier. Au Japon, le client comme l’invité d’ailleurs est considéré comme un roi. Tout est fait pour le satisfaire et limiter au maximum les contraintes, l’attente et la gêne. Le service dans les magasins et en caisses sont impeccables. Il en va de même dans les administrations, les bureaux de postes et même dans la rue !...
215 views 1 like
by on 13 January 2019
Au Japon, l’Inemuri que l’on pourrait traduire par « dormir en étant présent » est une sieste-minute qui s’effectue n’importe où. Mais attention, l’Inemuri répond à des règles bien précises. Dormir, oui ! Mais pas n’importe comment. Que ce soit dans le métro, au bureau ou sur les bancs de l’école, l’Inemuri se pratique toujours en tenue correcte, en position assise les pieds bien sous le bureau et non affalé sur son poste de travail et surtout on doit toujours être prêt à reprendre ses tâc...
103 views 0 likes
by on 21 December 2018
Au Japon, un Mukoyoshi (littéralement beau-fils adopté) est un homme adulte qui est adopté par une famille pour remplacer un fils défaillant ou pour palier à l’absence d’un héritier masculin. Ce Mukoyoshi est alors destiné à épouser la fille de la famille et prendre ainsi le nom de sa famille d’adoption. Cette pratique datant de l’ère Edo (17-18ème siècle) évite ainsi à une illustre famille la perte de son patronyme et souvent sert à préserver une entreprise familiale. Ce sont généralement le...
270 views 1 like
by on 17 December 2018
Au Japon, contrairement à l’occident où une personne a parfois plusieurs prénoms et un seul nom, les individus n’ont qu’un seul prénom. Par contre, ils changent de nom après leur décès. En effet, sur l’archipel on peut voir sur les tombes, de longues plaques en bois sur lesquelles sont inscrits des patronymes. C’est les noms que portent alors les défunts! Les noms japonais se composent de plusieurs caractères, généralement deux voire trois. Composés de Kanji, la plus part des noms de famille ...
262 views 0 likes
by on 30 November 2018
Les Japonais affectionnent les moments contemplatifs et de nombreuses fêtes sont l’occasion de se rassembler pour s’adonner à ces instants solennels. O-Tsukimi (tsuki : lune ; mi : regarder) ou « contemplation de la lune » est une ancienne fête agricole chinoise qui célébrait les récoltes. On la nommait à l’époque Jugoya car elle était commémorée vers le 15 du mois d’août. Aujourd’hui, c’est entre les mois de septembre et d’octobre qu’ont lieu les festivités et notamment le soir du 15ème jour...
160 views 1 like
by on 24 November 2018
Le Manyô-Shû ou recueil des dix milles feuilles est le premier ouvrage ancien de poésie japonaise (Waka). Il est réparti en une vingtaine de tome et serait daté du VIIIème siècle. Il contiendrait pas moins de 4500 poèmes courts s’inspirant des coutumes légendaires du pays et s’articulant autour de thème comme l’amour, les voyages ou bien encore la nature. Ces écrits rédigés le plus souvent par la noblesse impériale avaient fréquemment pour sujet la nature et témoignent de l’intérêt que lui po...
214 views 0 likes
by on 19 November 2018
Ancêtres des estampes, les Otsu-e sont des peintures qui ont été très populaires durant l’ère Edo (18eme siècle). Satiriques ou morales, les Otsu-e étaient conçues par des artisans anonyme dans un style qualifié de naïf et d’enlevé ! Cet art était originaire de la région de Kyoto et plus exactement du port d’Otsu, véritable carrefour des routes commerciales en direction d’Edo. Ces images réalisées sur un papier rugueux et brun étaient puisées dans l’iconographie issue du bouddhisme ou du folk...
123 views 0 likes
by on 11 November 2018
Le Kumiko est une technique traditionnelle du travail du bois en fine dentelle. Ce style est particulier dans le fait qu’il n’utilise ni clou, ni vis, ni colle pour maintenir le treillis de bois nécessaire à sa réalisation. C’est un véritable jeu d’encastrement (le Kude) où chaque pièce à sa place comme dans un puzzle. On le retrouve dans la confection de portes coulissantes (les Fusuma), dans les portes coulissantes en papier avec treillis (les Shoji) et les ouvertures décoratives (les Ranma...
133 views 0 likes