by on 23 June 2019
Au Japon, dans la religion Shinto, il n’est pas rare d’avoir à son domicile ou sur son lieu de travail, un petit sanctuaire. Celui-ci porte le nom de Kamidana (Kami : divinité) ou étagère divine. On peut dire que c’est une sorte de porte d’entrée qui permet aux Kami de pénétrer dans le monde terrestre. Le Kamidana est généralement posé ou accroché sur un mur. Il se compose d’une sorte de petite armoire contenant des objets pour le culte. De part et d’autre du sanctuaire, se trouve un O-fuda (...
321 views 0 likes
by on 1 July 2019
En architecture japonaise, le Karahafu est un pignon de toit d’un aspect bien particulier. On le reconnait aisément à la forme spécifique de sa partie supérieure dont la courbe est ondulée. C’est aux charpentiers japonais, que l’on doit l’élaboration de ce style d’architecture traditionnelle, à la fin de l’ère Heian. Bien que son nom soit une référence à la Chine et notamment à la dynastie Tang, Karahafu signifiant « gable chinois », celui-ci est bien d’origine japonaise. D’ailleurs, on pe...
289 views 0 likes
by on 7 November 2020
Réchauffer sa maison, c'est bien mais réchauffer son corps, c'est encore mieux ! Au Japon, il existe de nombreuses façon de faire face aux ardeurs de l'hiver. Durant l'époque Edo, un vêtement traditionnel avait le vent en poupe et était très utilisé pendant la période hivernale : le Hanten. ...
271 views 0 likes
by on 10 June 2019
Kakemono ou Kakejiku se traduit par « Objet accroché » (Kakeru : accrocher ; Mono : objet). Venu tout droit de Chine et importé en même temps que le bouddhisme au VIème siècle, le Kakemono est à l’origine, un support pour conserver les écrits bouddhistes. Au Japon, le terme se banalise par la suite pour désigner un rouleau destiné à être accroché au mur, le plus souvent une peinture ou une calligraphie sur papier ou sur soie. La forme du Kakemono est, somme toute, très banale. Il se déroule à...
263 views 0 likes
by on 25 June 2014
Les « Kokeshi », poupées japonaises traditionnelles, trouvent leur origine dans le nord de l’archipel nippon, dans la région de Tohokun au nord de Honshù. Elles ont été créées il y a de cela plus d’un siècle par des artisans du bois (kiji-shi). Ces poupées sont de fabrication artisanale et ce savoir-faire remonte à l’ère Edo. Elles sont généralement fabriquées dans un bois séché pendant plusieurs années, principalement du bois de cerisier, sculptées, peintes et décorées de motifs floraux. ...
255 views 0 likes
by on 17 July 2020
Les Niô, aussi appelés Kongorikishi sont des statues de divinités japonaises que l’on trouve à l’entrée des lieux de cultes japonais ou des sites sacrés. Ces sculptures de pierre sont disposées de chaque coté de l’entrée principale de ces lieux saints, empêchant ainsi les Oni et autres mauvais esprits de pénétrer dans l’enceinte de ces sites. Il semblerait que le héros grec Héraclès aurait inspiré la représentation de ces Kongorikishi. ...
209 views 0 likes
by on 17 July 2020
Kusanagi-no-Tsurugi (l’épée de Kusanagi) aussi appellée Kusanagi (coupeuse d’herbe), Tsumugari-no-Tachi (sabre de la récolte des blés de la Capitale) ou encore Ame-no- Murakumo-no-Tsurugu pour la version la plus longue (épée du ciel aux nuages regroupés) est une épée légendaire japonaise aussi célèbre que ces consœurs française et anglaise (Durandal et Excalibur). Elle fait partie d’un trio de reliques sacrées, avec un miroir et un pendentif Magatama (bijou en forme de virgule, généralement t...
208 views 0 likes
by on 25 September 2020
Le Chindogu ou comment inventer des objets dont personne ne se sert mais, oh combien utile ! Qui n’a jamais rêvé de pouvoir protéger ses chaussures préférées par temps de pluie ? Ou encore, de viser juste en mettant ses gouttes de collyre spécial conjonctivite ? Certains l’ont pensé, d’autres ont créé l’objet de tous leurs fantasmes ! Un parapluie à chaussures, une paire de lunette entonnoir pour les yeux, voici les chindogu ! ...
207 views 0 likes
by on 17 July 2020
Cette semaine, partons en voyage ! Visitons les temples et demandons nos Goshuin. Et pour collectionner ces sceaux officiels des temples et des sanctuaires, équipons nous d’un Goshuinchô. Ce petit carnet en accordéon composé de plusieurs pages regroupe l’ensemble des Goshuin récoltés au cours des visites dans les lieux de cultes japonais. Bien plus qu’un simple souvenir de voyage, le sceau Goshuin est un élément important de la culture du Japon et est très apprécié auprès de la population. E...
205 views 0 likes
by on 23 October 2020
L’irori est pour les japonais ce que la cheminée est pour nos ancêtres. On le retrouve essentiellement dans les maisons traditionnelles japonaises. Il se présente sous la forme d’un trou carré creusé à même le sol de l’habitation, rempli de sable et de cendre... Il se situe au cœur de la pièce principale et permet de chauffer l’ensemble de la maison tout en faisant la popotte, de préserver l’intérieur de l’humidité mais aussi de l’éclairer. Juste au-dessus du trou du foyer, on trouve le Ji...
187 views 1 like
by on 17 July 2020
On ne peut pas penser au Japon sans avoir en tête ces immenses portiques rouges surmontés d’une toiture étroite. Le Torii ou perchoir à oiseaux (ou coqs) est un portail traditionnel japonais. Il est souvent placé à l’entrée des temples shintoïstes où il figure le passage dans l’univers spirituel. Il sert à séparer le monde physique du monde intemporel. D’ailleurs, au Japon, avant de passer sous un Torii il convient de vérifier au préalable si le retour se fera sous le même Torii. Cela afin d...
178 views 0 likes
by on 17 July 2020
Karakuri (mécanisme) Ningyo (marionnette, personne, forme) était un automate fabriqué au Japon entre le XVIIe et le XIXe siècle. Les déplacements et les mouvements gracieux de l’automate étaient à eux-mêmes un véritable divertissement. Dans la croyance locale, on leur attribuait même une âme… (les Karakuri Ningyo étaient parfois utilisé dans des rituels religieux). On connait trois sortes de Karakuri : Celui que l’on utilisait au théâtre, le Butai Karakuri (Karakuri de scène). Ces automate...
175 views 1 like