OJapon
by on 17 July 2020
56 views

1, 2, 3, êtes -vous prêts à frissonner ? Voici le Hyakumonogatari Kaidankai !

Ce jeu oral japonais remonte à l’ère Edo et était très populaire à cette époque. Nommé aussi « Rassemblement de cent contes fantastiques », il se déroulait à la nuit tombée.

L’accessoire principal est une lampe de papier, le andon ou plus exactement cent andon ; un par histoire.
Chaque andon est allumé et, sur une table à proximité est placé un petit miroir.
Il est nécessaire pour faire une partie, de trouver un lieu comprenant trois pièces.

La nuit s’installe, les convives de la partie se retrouvent tous dans la première pièce et se placent parmi les andon disposés au sol. Un par un, les joueurs vont alors raconter une histoire étrange ou mystérieuse, le Kaidan, ou un conte du folklore japonais. Bien sûr, cette histoire doit être surnaturelle, véridique et surtout vécue !

Lorsqu’un conteur termine son histoire, il se rend dans la troisième pièce et souffle sur un andon pour l’éteindre. Il regarde ensuite dans le miroir (c’est par le miroir qu’il sera possible de voir le revenant) et revient dans la première pièce auprès des autres convives. (Je dois avouer que je n’ai pas trouvé à quoi sert la deuxième pièce ?? Peut être juste à séparer la pièce 1 de la pièce 3 ?!).

A chaque nouvelle histoire, l’obscurité devient de plus en plus pressante et rapproche les participant du but du jeu qui est d’invoquer (faire apparaître visuellement) un esprit !

Bien souvent, les joueurs, pris de panique à l’idée de se retrouver nez à nez avec un spectre s’arrêtent à la quatre-vingt-dix-neuvième histoire. Courage quand tu nous tiens !

Car du courage, il en fallait aux samouraïs et c’est pour cette raison que l’on pense que ce jeu fut pratiqué à l’origine par ces guerriers afin d’éprouver leur bravoure !

Et bien que très populaire auprès des combattants, il se rependit très vitre auprès de la classe ouvrière et des gens de la ville. Certains n’hésitaient pas à battre la campagne à la recherche du Kaidan le plus effrayant.

Le phénomène se popularise et grâce à l’impression, des livres sur le sujet voient le jour. Les vents de livres sur le thème vont littéralement explosées !

En 1677, une compilation des Kaidan de plusieurs pays sort, le Shokoku Hyakumonogatari.
Le jeu avait quelque peu disparu mais connait un nouvel élan auprès de la jeune génération en recherche de frisson. Au Japon, l’engouement pour les Kaidan perdure toujours !

Marino pour ojapon.com
Sources : internet

Be the first person to like this.