by on 1 February 2021
Au XXème siècle, l’occident découvre la vannerie japonaise. Pourtant fabriqués depuis le Xème siècle, ce n’est qu’au XIXème siècle que les paniers issus du tissage du bambou (Takeami) sont reconnus en tant qu’œuvres d’art. Cette façon de travailler le bambou par le tressage (Takezaiku) est un artisanat traditionnel japonais (Kogei). Plus de six cent espèces de bambou poussent au Japon, dont certaines sont endémiques de l’archipel. Le plus couramment utilisé pour le tissage est le Madake ou Ka...
65 views 2 likes
by on 23 January 2021
Le Tatara, four traditionnel japonais ou bas fourneau, est utilisé pour la fusion du fer et de l’acier. Si vous avez vu le film d’animation « Princess Mononoke », vous avez alors pu apercevoir ce célèbre four. Par extension, on nomme également le bâtiment abritant le four ainsi que le personnel qui y travaille Tatara. L’acier traditionnel du Japon provient du « fer à repasser » que l’on désigne aussi sous « fer-sable » ou encore « sable de fer » (Satetsu en japonais). C’est un métal à très fo...
69 views 2 likes
by on 22 December 2020
Le Kumihimo (corde tressée, fils réunis) est une méthode de tressage japonais qui permet de fabriquer des cordelettes et des rubans, par entrelacement de paires de fils. La méthode utilise des outils tels que le Marudai ou le Takadai et reste très semblable à celle du tressage obtenu à la main. Ces outils permettent de créer et d’obtenir des motifs complexes et rendent le processus de fabrication plus rapide. Les ornements des cordelettes dépendent de la couleur choisie pour les fils ainsi...
105 views 2 likes
by on 12 December 2020
Le Shibori est une technique de teinture japonaise qui se pratique en faisant des nœuds sur le tissu. On la connait aussi sous le terme de « renoué » ou encore de « tie and dye ». Le Shibori semble avoir été utilisé depuis le VIIIème siècle, puisqu’un tissu de cette époque donné par l’Empereur Shōmu au temple de Nara (Todai-ji) a été coloré selon cette méthode. La soie et le chanvre étaient essentiellement usités pour le Shibori et ce jusqu’au XXème siècle. Plus tard, la teinture sur coton...
120 views 0 likes
by on 1 December 2020
Avec la Cérémonie du Thé et l’Ikebana, le Kodo est un des trois arts traditionnels japonais. La cérémonie du Kodo, c’est l’art « d’écouter » les effluves exhalés par les bois parfumés, préalablement brulés, selon un cérémonial bien codé, afin que celui-ci dégage toute sa senteur. Les règles de cette cérémonie sont très codifiées et datent de la fin du XIVème siècle. ...
125 views 0 likes
by on 31 October 2020
Ahhhh, l'automne et sa grisaille, les prémices de l'hiver et les premières neiges... Lorsqu'il commence à faire froid, il fait bon de parler de choses qui réchauffent ! Après l'Irori, voici l'Hibachi ! ...
101 views 2 likes
by on 17 July 2020
Selon la tradition, la première calligraphie que l’on esquisse au tout début de l’année (le 2 janvier) se nomme Kakizome (première écriture). Le Kakizome est réalisé à partir d’une encre frottée faite avec la première eau tirée du puit le premier jour de l’année, soit le jour du nouvel an ! Autrefois célébré uniquement à la cour impériale, il s’agissait alors de composer et de déposer sur le papier, un poème chinois traitant de choses bénéfiques comme la jeunesse éternelle, la longue vie o...
132 views 0 likes
by on 17 July 2020
Forme de musique traditionnelle japonaise, le Min’yô est une chanson populaire intimement liée à une profession ou un commerce. Mais il peut également être un style de divertissement alliant chant et danse. Le Min’yô accompagnait le travailleur durant des labeurs particulièrement difficiles comme la culture des rizières ou le travail des champs. Ces chants a cappella étaient récités en solo ou parfois en groupes. A l’instar des chants qui étaient entonnés par les esclaves dans le Sud des Eta...
161 views 0 likes
by on 1 July 2019
En architecture japonaise, le Karahafu est un pignon de toit d’un aspect bien particulier. On le reconnait aisément à la forme spécifique de sa partie supérieure dont la courbe est ondulée. C’est aux charpentiers japonais, que l’on doit l’élaboration de ce style d’architecture traditionnelle, à la fin de l’ère Heian. Bien que son nom soit une référence à la Chine et notamment à la dynastie Tang, Karahafu signifiant « gable chinois », celui-ci est bien d’origine japonaise. D’ailleurs, on pe...
274 views 0 likes
by on 23 June 2019
Au Japon, dans la religion Shinto, il n’est pas rare d’avoir à son domicile ou sur son lieu de travail, un petit sanctuaire. Celui-ci porte le nom de Kamidana (Kami : divinité) ou étagère divine. On peut dire que c’est une sorte de porte d’entrée qui permet aux Kami de pénétrer dans le monde terrestre. Le Kamidana est généralement posé ou accroché sur un mur. Il se compose d’une sorte de petite armoire contenant des objets pour le culte. De part et d’autre du sanctuaire, se trouve un O-fuda (...
296 views 0 likes
by on 30 May 2019
Dans les années 1990 au Japon, apparait une nouvelle forme de composition florale : le Kokedama. Cet art floral s’inspire des techniques existantes comme le Bonsaï et l’Ikebana. Il se présente sous la forme de sphères de mousse relativement simples à réaliser et se composent, pour la méthode traditionnelle, d’argile noire (Ketoh) et rouge (Akadama). Le mélange est pétri jusqu’à l’obtention d’une pate flexible qui servira à façonner la sphère. Le choix de ou des plantes est absolument libre ; ...
116 views 0 likes
by on 1 May 2019
Inscrit depuis 2003 sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, le Bunraku est ce que l’on peut appeler un trésor culturel. Cet art regroupe à lui seul trois métiers : le narrateur, le joueur de Shamisen et le montreur ou marionnettiste. Le Bunraku est un théâtre japonais dont les personnages sont de grandes marionnettes manœuvrées par au moins trois marionnettistes. Ces poupées grandeur nature sont manipulées à vue, c'est-à-dire que les marionnettistes font évo...
259 views 0 likes