Yankumi6_7
by on 18 September 2020
102 views

Lors d’un article précèdent, le Hanabi ou feu d’artifice japonais avait été abordé. Aujourd’hui sujet encore plus brûlant avec le Tezutsu Hanabi, version explosive du traditionnel feu d’artifice !

Le Tezutsu Hanabi a la particularité d’être fabriqué et tenu dans la main par un lanceur. Autant dire qu’il n’est pas question de faire tout et n’importe quoi !

Le Tezustu Hanabi est souvent associé à un rite de passage pour les jeunes qui y participent, testant leur bravoure et leur audace !

Le principe est simple : mélanger entre deux et trois kilos de poudre de fer avec du soufre et des petits cailloux dans un large tube (80 cm x 10 cm) de bambou d’hiver (le Moso). De l’argile et du papier sont placés au fond du bambou afin de le maintenir fermé hermétiquement. Une corde est ensuite passée autour du tube afin d’y créer une sorte de poignée, qui permettra une bonne prise en main du canon lors du transport mais surtout lors de l’allumage.

Simple oui ! Mais pas sans danger car le canon ainsi fabriqué sera en effet allumé et porté pendant tout le temps de la combustion de la poudre ! Et un bon Tezutsu, pour être réussi, se doit de brûler pendant environ vingt bonnes minutes ! Et lorsque l’on sait que la chaleur dégagée par les flammes et les étincelles (la gerbe peut atteindre jusqu’à vingt mètres) est extrêmement forte, on ne peut qu’admirer le cran et le self control dont font preuve les participants.

Originaire de la ville de Toyohashi (préfecture d’Aichi), le Tezutsu Hanabi est toujours fortement pratiqué de nos jours et à raison de plusieurs fois par an. Les premiers Tezutsu dateraient du XVIème siècle. Si à ses débuts, la pratique servait surtout de moyen de communication (sorte de fusée de signalisation), elle laisse très vite place à une pratique un peu plus évènementielle, lors de festivals (pour célébrer les récoltes, la prospérité, …) notamment au courant de la période Edo (1603-1868).

La fabrication du Tezutsu Hanabi est un moment de partage entre les générations. Les anciens viennent en aide aux jeunes. Ils les conseillent sur le choix du bambou, leurs apprennent l’art du remplissage de la poudre. La préparation du tube, de sa coupe à l’allumage, prend environ un mois.

Lors de l’événement, le bambou est en premier lieu posé au sol. Le porteur, un pied sur le tube se tient debout. Une personne, chargée de l’allumage, se présente alors avec une tige en feu et allume le Tezutsu Hanabi. C’est seulement lorsque celui commence à faire des flammes que l’allumeur autorise le porteur à prendre son tube dans ses bras. Celui-ci le positionne à la verticale, le long de son corps et ce jusqu’au « boom » annonçant la fin de la flambée. L’éclat final symbolise l’esprit du lanceur, alors il vaut mieux qu’il soit réussi !

Le bambou est ensuite bruyamment jeté au sol, cette action se nomme « Hane » !

Ce spectacle est impressionnant car il demande une grande maîtrise et beaucoup de minutie tant dans sa préparation que dans son exécution. Si on passe outre la dangerosité, le Tezutsu Hanabi est vraiment quelque chose d’époustouflant. A voir si l’occasion se présente !

 

Marino pour ojapon.com

Sources : internet.